Les soeurs du Christ Rédempteur
Des religieuses apostoliques Origines et Histoire Notre spiritualité Où sommes-nous ? Devenir sœur du Christ Rédempteur Avec les laïcs La main de Anne Boivent sur l'Evangile selon saint Matthieu
Les soeurs du Christ Rédempteur
menu

De Conques à Moissac : les 3 pèlerines

Les soeurs du Christ Rédempteur

Madeleine (Sr du Christ Rédempteur), Mado et Christiane (Laïques retraitées) avaient décidé de prendre ensemble leur bâton de pèlerin vers Compostelle. Du 26 avril au 8 mai, elles ont marché de Conques à Moissac : 230 Kms.
Interview.

Le chemin s'ouvre devant nous Madeleine, Mado, Christiane, pouvez-vous nous dire ce qui vous a motivée personnellement pour prendre cette route vers Compostelle ?

- Madeleine : Je ne suis pas sûre de savoir exprimer mes motivations, mais je sais que le chemin s’ouvre toujours devant moi, qu’il m’appelle et me permet une vraie rencontre avec Dieu, dans la beauté de la nature et la rencontre des personnes.

- Mado : Prendre du recul, du temps pour soi, se lancer un défi, envie de découverte.

- Christiane : Découverte de l’expérience des chemins de Compostelle, plaisir de marcher sur de longues distances… un défi en quelque sorte, plaisir d’être en communion avec la nature.


Parlez-nous un peu de ces 2 semaines de marche (joies, étonnements, difficultés, rencontres, découvertes…)

-  Beauté d'un champ de blé Madeleine : Le chemin me permet d’admirer le travail de l’homme : de beaux champs de céréales, l’entretien et le balisage du chemin, des paysages magnifiques : Monts d’Auvergne à l’horizon, églises et chapelles, pigeonniers ronds ou carrés.
Le coucou nous accompagne de son chant, quelquefois la tourterelle des bois et même le rossignol.

-  Orchidée sauvage appelée aussi Pentecôte Mado : Marcher près de la nature : fleurs sauvages, chants d’oiseaux. Fatigue extrême certains soirs et étonnement de repartir le lendemain matin. Partage de l’effort avec C. et M.
Etre capable de vivre avec peu : 5kg pour 12 jours.

- Christiane : Journées bien remplies, satisfaction totale malgré l’effort nécessaire, beauté des sites et des monuments visités.

Quelques moments forts de cette expérience ? Etes-vous revenues exactement comme vous étiez parties ?

- Madeleine : l’accueil chaleureux reçu dans certains hébergements, la solidarité de C. et M. qui m’attendaient dans les montées et me permettaient de reprendre souffle. J’ai même été remorquée grâce à l’écharpe de Mado.
La rencontre des personnes sur le chemin ou à l’étape : une dame suisse qui refaisait le chemin toute seule pour affermir son cœur suite à un infarctus, une écrivaine et aussi chanteuse qui a accepté de nous faire un petit concert au gîte, une acadienne marchant comme nous sous la pluie, des jeunes à la recherche d’une orientation de vie et de profession…

Le chevet de l'abbatiale de Conques Mado : on apprend toujours des choses. On va au bout de soi, on ne revient jamais pareils. Ce qui m’a le plus frappée ce sont les bénévoles nombreux à Conques et aussi le nombre de pèlerins. Beaucoup assistent à l’office des Vêpres, des Complies ainsi qu’à l’envoi de pèlerins par les frères Prémontrés de Conques. Et, bien sûr, l’explication du tympan de l’abbatiale.

- Christiane : La nature toute fraîche au petit matin, les chants d’oiseaux, les multiples fleurs, le relief et les chemins variés, le paysage en général. L’expérience du petit groupe très sympa : conversation, entraide. Plein de bons moments partagés.


Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui rêve à son tour de se mettre en route vers Compostelle ?

Pas de sac à dos trop lourd ; importance d’un bon sac à dos ; bâtons de marche, faire porter son sac si fatigue ; il existe des services.

Christiane, Mado et Madeleine, SCR, Nanterre, interviewée par Hélène Rubion

Portfolio

Têtiere actus

Témoignages divers

Pied partage
Têtiere partage

Parole du jour - 22 août 2017

« Entre les mains de mon Dieu, je suis heureuse en tout lieu. Je ne veux ni ne crains rien. Dieu me suffit : tout est bien » (Chant P. Le Taillandier)
Pied partage