Les soeurs du Christ Rédempteur
Des religieuses apostoliques Origines et Histoire Notre spiritualité Où sommes-nous ? Devenir sœur du Christ Rédempteur Avec les laïcs La main de Anne Boivent sur l'Evangile selon saint Matthieu
Les soeurs du Christ Rédempteur
menu

La Maison Saint Michel fête ses 60 ans (2/2)

Les soeurs du Christ Rédempteur

L’histoire de ses origines à Liffré (2/2) :

Si les 3 premières sœurs - Sr Marie Mérel, Sr Denise Guérin et Sr Rosalie Sabin - arrivent bien le 17 Novembre 1957, il est impossible de s’installer au milieu des gravats et des ouvriers qui n’ont pas fini leurs travaux. Il faut balayer, nettoyer, ménager. Pas de lits, on s’en va dormir quelques nuits à l’école privée des filles de Gosné. On demande à celle de Liffré d’assurer le vivre et le couvert pendant plusieurs semaines.
La tâche est lourde. Une 4ème religieuse - Sr Marie Joseph Guilloux - et 2 employées viennent à la rescousse. Quatre semaines plus tard, les sœurs peuvent recevoir les 46 premiers pensionnaires.

La maison ne sera inaugurée que le 26 Octobre 1958 par Mr DESNON, Inspecteur divisionnaire. Mgr MARTIN, vicaire général, bénit les locaux.
Au cours du vin d’honneur, Mr Jean VINCENT, ne manque pas, dans son discours, de remercier et de féliciter les personnalités présentes et toutes les personnes qui ont contribué à l’établissement de la Maison St Michel, oubliant qu’il en a été le promoteur et la cheville ouvrière.

Transformations de la maison de retraiteDès le départ, la maison de retraite se révèle trop petite. Vers 1965-70, on dépassera les 70 lits.
En hiver 1970, une visite d’inspecteur met le conseil d’administration au pied du mur : fermer ou construire. On choisit de construire et le permis de construire arrive en mairie de Liffré le 7 décembre 1970, mais, suite à des difficultés, les travaux ne commencent qu’en mai 71 : 2 ans après, s’élève un magnifique pavillon pouvant contenir 105 lits. Le nombre des employés passe à 35. Les chambres sont aux normes. Chaque étage a sa salle à manger, sa salle de séjour et, en rez-de-chaussée, la salle est assez grande pour recevoir tous les résidents lors d’une animation organisée. La maison a sa chapelle : le service religieux est assuré sur place pour tous ceux qui le désirent.

La chapelle de la maison de retraiteEmployées et sœurs travaillent en équipe. L’ambiance est bonne, l’entente cordiale.
Mais la complexité des affaires administratives devient telle qu’il faut, en 1978, en laisser la gestion à un laïc ; puis quelques années plus tard, l’Association sportive et culturelle St Michel devient propriétaire de la Maison.

Les religieuses la quittent pour une location, rue P. et M. Curie. Mais, à la demande de l’Association St Michel, elles continuent d’y assurer l’animation spirituelle, la visite des malades jusqu’à ces dernières années.
Aujourd’hui, c’est une EHPAD toujours gérée par l’Association St Michel.

Recueilli par Sr Gabrielle Helleux, SCR, à partir des archives de la Congrégation de Rillé.