Les soeurs du Christ Rédempteur
Des religieuses apostoliques Origines et Histoire Notre spiritualité Où sommes-nous ? Devenir sœur du Christ Rédempteur Avec les laïcs La main de Anne Boivent sur l'Evangile selon saint Matthieu
Les soeurs du Christ Rédempteur
menu

Tout ce que je sais dire, c’est MERCI

Les soeurs du Christ Rédempteur

En ces jours préparatoires à Pâques, je vous partage cette Prière de Merci de Moshe, rescapé des camps de la mort, où il a laissé son fils. Il a recueilli le jeune Bobby, laissé pour mort dans les quartiers du Bronx, soigne ses blessures, l’apprivoise et le remet sur pied.

Moshe le laisse reprendre force et même échafauder son plan de vengeance, mais lui parle de pardon, et comment la haine qui, psychologiquement fait tenir, finit toujours par tuer ceux qui s’y laissent aller.
Après avoir les nuits précédentes repéré ses victimes, la nuit où tout doit s’accomplir Bobby rentre plus tard, en larmes et raconte qu’il n’a pas assouvi son désir jusqu’au bout : le dernier geste, celui qui devait tuer, il l’a gardé pour lui. Il a fait grâce à ceux qui ont brisé son existence. Il finit par s’endormir. La haine n’a pas eu le dernier mot...

MERCI !Moshe alla dans la cuisine, remplit un bol de glace et s’assit à table. Il regarda une larme tomber dans son bol et briller comme une perle avant de disparaître. Puis une deuxième... Il sourit, puis rigola en pensant qu’il allait se nourrir de ses propres larmes. « Oh, ça sera pas les premières que j’avalerai, va, mais c’est sûrement la 1ère fois que ça me fait rire. Pour une bonne nouvelle ou un moment de bonheur, on rit et on pleure, mais quand la mort se change en vie... là, y a plus de mots, y a que des larmes. Ah si, il y a un mot : merci. Oui, merci, merci. Oh, et plein de mots qui se bousculent, mais... tout ce que je sais dire c’est Merci... et je T’aime.

Sans Toi, je suis rien qu’un petit vieux insignifiant, impuissant, mais avec Toi, je suis fort... Avec Toi, j’ai si souvent douté, juré, douté, crié dans le noir, je T’ai si souvent supplié de me donner la force et Tu me l’as donnée... Je suis comme la vie, fragile et fort ! Mais je sais que pour renaître il faut d’abord mourir et c’est Toi le patron, ici, c’est Toi qui dois vivre, alors il faut bien que je meure chaque fois un peu plus pour Te donner naissance... à Toi !

Christ ressuscité nous tire de la mort. Icône.Sûr, c’est moi qui choisis de pardonner, d’aimer, mais pour moi, c’est un mot... Mais là où tu m’emmènes y a pas de mots, pas de limites, seulement la douce conscience de ta présence et de tout ce qui rend la vie possible, et ça chante partout en moi... Et il faut qu’on soit tous là pour que la chorale soit complète, moi, Bobby, Klaus (mon fils mort), tous… Et le plus incroyable, c’est que je l’entends cette chanson, en moi, autour de moi, partout... je deviens Ta chanson, Ô Amour, oui, je sais qu’un jour, je ne l’entendrai plus... je SERAI la chanson ».

Extrait du roman “Le Saule” de Hubert SELBY, repris par Martin STEFFENS dans “Rien de ce qui est inhumain ne m’est étranger”

Transmis par G. Helleux, SCR.

Têtiere actus

Témoignages divers

Pied partage
Têtiere partage

Parole du jour - 23 novembre 2017

Avoir le souci d’une information judicieuse afin de mieux saisir les causes des injustices et de participer, à notre manière, à les détruire (Règle de Vie)
Pied partage