Les soeurs du Christ Rédempteur
Des religieuses apostoliques Origines et Histoire Notre spiritualité Où sommes-nous ? Devenir sœur du Christ Rédempteur Avec les laïcs La main de Anne Boivent sur l'Evangile selon saint Matthieu
Les soeurs du Christ Rédempteur
menu

Un acte de subversion évangélique

Les soeurs du Christ Rédempteur

En cette période de l’année où on commémore le débarquement allié, je trouve intéressant de vous faire part d’un acte de résistance datant du 24 Décembre 1942, rapporté par Jean Claude Guillebaud dans son livre “Comment je suis redevenu chrétien”, au chapitre intitulé "La subversion évangélique". Et ce, en ces temps où les Juifs sont une cible privilégiée des terroristes de Daech.

Il concerne un simple prêtre de province, l’abbé Jean Flory, curé de Montbéliard pendant l’occupation allemande, rapporte J. Cl. Guillebaud à qui on a raconté ce fait.

« Le 24 décembre 1942, au moment de la messe de minuit célébrée en présence des officiers allemands en grand uniforme, on apporta la crèche préparée par l’abbé Flory, crèche dont les principaux personnages – Jésus, Marie, Joseph – étaient recouverts d’une housse de tissu. Lorsque la housse fut enlevée, chacun put découvrir, bien évidence, sur la poitrine des personnages de la nativité… une étoile jaune. On devine le silence qui régna dans l’église et la colère froide des officiers allemands.

La teneur du message adressé à tous par la volonté de l’abbé Flory était claire : Jésus, Marie et Joseph étaient juifs. Les lois antisémites promulguées en Allemagne et le honteux « statut des Juifs » élaboré par Pétain insultaient la mémoire chrétienne elle-même…

Ce jour-là, les trois étoiles jaunes épinglées par l’abbé Flory sur les santons de sa crèche paroissiale avaient suffi à exprimer ce qui aurait dû l’être depuis le début : la vérité théologique (la source juive), la foi paisible et la solidarité judéo-chrétienne.

L’abbé Flory avait sauvé l’honneur de l’Église en prenant simplement au sérieux ce qu’il avait appris dans les Évangiles ».

Proposé par Sr Gabrielle, SCR